- Hide menu

UNE HEURE DE PUDDING – Radio Nova – Pierre Bouteiller

< Revenir au menu UNE HEURE DE PUDDING
<< Revenir au menu RADIO
Pierre BOUTEILLER – UNE HEURE DE PUDDING – Radio Nova by Gilles Gaston-Dreyfus
Bonjour, et bon début de soirée.
Dieu que la vie passe vite.
Afin de mieux l’appréhender voici votre chronique : « L’horoscope de l’invité »
Aujourd’hui Pierre Bouteiller .

Pierre Bouteiller, je vous propose d’être né au crépuscule du 4 décembre 1938 à Antibes. Au niveau astral, tout s’est bien passé et je n’ai  pas à révéler de faits nouveaux si ce n’est que cette nuit là Vénus fut frappé par une colonie de météorites, dans notre jargon on dit jouer à touche-pipi, déclanchant un beau tohu-bohu qui résonna longtemps dans l’univers.
Est-ce finalement pour cela que l’on raconte cette histoire étonnante et vraiment épatante : Vous auriez poussé un cri à votre naissance. Vous allez me dire que tous les bébés poussent des cris à leur naissance, c’est vrai mais quand même…

Je connais quelqu’un de très proche, que je ne peux pas citer vous le connaissez bien, qui n’a jamais crié. Il y a bien eu un petit  couinement à l’accouchement, rien à voir avec votre cri, mais après plus rien, fini, never. Il parlait bien sur, mais point de cri, et quand il se faisait marcher sur les pieds, il avait plutôt tendance à s’excuser. Jusqu’au jour ou sa femme pris ses deux testicules dans sa grande main et les écrasa de toutes ses forces, mais alors de toutes ses forces. Là il poussa le père de tous les cris. Évidemment, depuis  il a tendance à rattraper le temps perdu et je dois vous dire qu’il fait un peu chier avec ses couilles en bandoulière.
Et bien je vous parie que vous ne devinerez jamais le métier qu’il fait.

Woody Allen qui nous fait tant rire tous les deux, souvenez vous de la dernière soirée, me disait hier au téléphone (à propos il vous embrasse) : « Quand j’écoute trop de Wagner, j’ai envie d’envahir la Pologne ». Inutile de vous dire que je l’ai engueulé avec sa blague à deux balles, et je lui ai conseillé d’aller à Salzbourg. Alors Woody s’est mis à hurler de rage. Et je riais, mais je riais…

Vous, en criant un peu tous les jours vous avez su conservez remarquablement vos gonades et au vue des semaines à venir et en ce qui me concerne je peux vous dire que vous n’êtes pas prêt de les perdre.

Pierre Bouteiller, votre semaine s’annonce remarquable sur tous les plans de tout ce que vous faites.

Félicitations et au revoir

Les commentaires sont fermés.